Temps réel

  • 5.5°C

    Angers
    Bruine faible

  • 6.0°C

    Meucon
    Couvert

  • 5.5°C

    Nantes
    Couvert

  • 6.3°C

    Saint-Nazaire
    Très nuageux

  • 8.4°C

    Belle Ile
    Peu nuageux

  • 8.1°C

    La Roche sur Yon
    Brumeux

  • 6.2°C

    Lorient
    Brume

  • 7.4°C

    Ile de Groix
    Couvert

  • 7.6°C

    Quimper
    Brume

  • Pte de Penmarc'h
    Brumeux

  • 6.0°C

    Rennes
    Soleil

  • 5.4°C

    Pleurtuit
    Très nuageux

  • 5.7°C

    St Brieuc
    Brume

  • 7.2°C

    Lannion
    Faible bruine

  • 7.8°C

    Ploumanac'h
    Nuageux

  • 8.0°C

    Brest
    Couvert

  • Brignogan
    Peu nuageux

  • 8.3°C

    Landivisiau
    Très nuageux

  • 7.5°C

    Lanvéoc
    Brouillard

  • Pointe du Raz
    Soleil

  • 11.1°C

    Ouessant
    Bruine

  • 5.1°C

    Laval
    Couvert

  • 8.5°C

    Ile d'Yeu
    Bruine

  • 6.0°C

    Jersey
    Couvert

  • 7.0°C

    Guernesey
    Nuageux

Actualité météo en Bretagne

Réduire la taille d'écritureAugmenter la taille d'écritureImprimer

Brumes et brouillards en Bretagne: mécanisme de formation et chiffres

Dossier - Jeudi 15 Novembre 2018

Nous sommes entrés dans une saison propice aux brouillards. Rappelons qu’il s’agit d’un nuage dont la base touche le sol. Il est constitué de microgouttelettes d’eau maintenues en suspension dans l’atmosphère. On parle de brouillard dès lors que la visibilité au sol est inférieure à 1 km et de brume lorsque celle-ci est comprise entre 1 et 5 km.

Ce phénomène de petite échelle reste parfois délicat à prévoir avec précision en termes de localisation et d’intensité en raison de la forte variation des paramètres météorologiques sur un même secteur. En effet, le taux d’humidité de l’air, la température et le vent peuvent varier dans des proportions minimes sur une surface géographique restreinte et ainsi déclencher ou annihiler la formation du phénomène.

On retiendra que de l'air humide et des conditions anticycloniques favorisent son apparition. Sous un anticyclone l’air est subsident et agit comme une cloche piégeant l’humidité ambiante dans les basses couches de l’atmosphère.

Avec le refroidissement nocturne l’air devient saturé (il ne peut plus contenir davantage d’humidité) , ce qui provoque sa condensation et la transformation de la vapeur d’eau en microgouttelettes. Le vent faible (peu de brassage de l’air) favorise ce phénomène. En effet, un vent trop sensible disperse les gouttelettes d’eau et un vent nul contrarie la suspension des gouttelettes.

Il existe plusieurs types de brouillard. Le brouillard de rayonnement et le brouillard d’advection.

Concernant le brouillard de rayonnement, il se forme en saison froide, par ciel dégagé. La chaleur de la terre rayonne vers l’espace. La température de l’air diminue au niveau du sol. La vapeur d’eau contenue dans cet air se condense formant ce brouillard de rayonnement qui s’atténue et disparaît lorsque le soleil réchauffe l’air (avec plus de mal l’hiver puisque le soleil est moins puissant).

Le brouillard d’advection se développe lorsque de l’air chaud et humide circule au-dessus d’une surface froide. L’ai se refroidit à son contact. On le retrouve par exemple sur l’eau l’été dans certains secteurs (Mer d’Iroise Côte des Légendes…)  lorsque une masse d’air chaud surplombe l’eau très fraîche. Ce brouillard marin peut pénétrer dans l’arrière-pays depuis la côte, notamment la nuit quand la terre est froide. Sa dissipation est possible avec le réchauffement de la surface froide ou par un changement de masse d’air (passage d’un front).

Notre carte nous montre bien ce sont dans les cuvettes (creux où la fraîcheur et le froid peuvent stagner-Bassin rennais), dans les secteurs littoraux humides (pointe bretonne) ou dans les secteurs élevées frais et humides (Monts d’Arrée-Montagnes Noires) que l’on comptabilise le plus grand nombre de jours de brouillard.

Même si les zones littorales sont souvent affectées, on constate que le vent qui y est souvent sensible limite parfois le phénomène (22 jours à Bréhat, 26 à Belle-île).

Même si cela ne se voit pas forcément sur la carte en raison du nombre limité de chiffres à notre disposition il existe une différence notable entre les centre-villes et les espaces ruraux. Pour mieux s’en rendre compte il convient d’analyser les données des stations météo d’un même secteur (ville-centre et sa banlieue).

Sébastien DECAUX

Photo/Illustation

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK