Temps réel

  • 21.6°C

    Angers
    Bruine faible

  • 19.0°C

    Meucon
    Soleil

  • 22.5°C

    Nantes
    Soleil

  • 18.8°C

    Saint-Nazaire
    Soleil

  • 19.4°C

    Belle Ile
    Peu nuageux

  • 21.5°C

    La Roche sur Yon
    Brumeux

  • 18.9°C

    Lorient
    Soleil

  • 19.4°C

    Ile de Groix
    Couvert

  • 18.1°C

    Quimper
    Soleil

  • Pte de Penmarc'h
    Brumeux

  • 19.4°C

    Rennes
    Soleil

  • 16.4°C

    Pleurtuit
    Soleil

  • 14.5°C

    St Brieuc
    Soleil

  • 16.0°C

    Lannion
    Soleil

  • 15.4°C

    Ploumanac'h
    Nuageux

  • 16.4°C

    Brest
    Soleil

  • Brignogan
    Peu nuageux

  • 15.9°C

    Landivisiau
    Soleil

  • 17.8°C

    Lanvéoc
    Brouillard

  • Pointe du Raz
    Soleil

  • 15.2°C

    Ouessant
    Bruine

  • 20.6°C

    Laval
    Couvert

  • 19.5°C

    Ile d'Yeu
    Bruine

  • 15.0°C

    Jersey
    Soleil

  • 15.0°C

    Guernesey
    Soleil

Actualité météo en Bretagne

Réduire la taille d'écritureAugmenter la taille d'écritureImprimer

Persistance et accentuation du déficit pluviométrique pour ces prochains mois

Bretagne - Jeudi 28 Mars 2019

Persistance et accentuation du déficit pluviométrique pour ces prochains mois

Comme prévu dans notre article datant d’il y a une semaine il ne pleuvra plus d’ici à la fin du mois de mars c’est-à-dire dimanche. Les cumuls de pluie seront ainsi à nouveau très déficitaires pour mars 2019. La pluviométrie sera inférieure de 9 à 39% par rapport à la norme.

Sur le premier trimestre 2019, le déficit pluviométrique atteint 34% à Belle-Île, 23% à Brest et près de -20% entre Fougères et Vitré. Sur les 9 derniers mois (depuis juillet) rappelons qu’il est de -25% à Saint-Brieuc et de -20 % à Dinard.

Quelles perspectives ?

Que nous réserve la suite ? Nul ne peut l’affirmer avec certitudes mais les modèles météorologiques sur le moyen terme (dont la fiabilité est de 60 à 65%) tablent sur des mois d’avril et mai déficitaires, un mois de juin dans la norme ou avec un léger excédent, un mois de juillet à nouveau déficitaire et un mois d’août proche de la norme.
Les conditions météorologiques s’annoncent souvent anticycloniques avec des températures plus élevées que la norme, accentuant l’évaporation.
Pour résumer, dans un contexte où les pluies hivernales sont insuffisantes pour régénérer les réserves des sols et sous-sol il y a à l’heure actuelle davantage de risque de se diriger vers un stress hydrique ou une sécheresse que vers un excédent pluviométrique au cours de ces prochains mois.

Un usage parcimonieux de l’eau est donc le bienvenu…

Sébastien DECAUX

Photo/Illustation

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK